Charlie en Inde

En Inde, les attentats de Paris prennent une dimension très différentes des débats en Europe… Schématiquement on peut dire qu’en Inde il est hors de question de loler sur la religion des autres – et encore moins dans l’ambiance très “les Hindous sont les maitres du monde” qu’installe le gouvernement actuel. Alors “ça se fait pas” est la principale réaction – la plus couramment répandue en tous cas.

Certains fanatiques du gouvernement – qui n’aiment pas trop les Musulmans (pour continuer à schématiser)- en profitent même pour pointer que c’est bien la “preuve” que l’Islam est une religion de psychotiques violents et qu’on devrait donc “se méfier” – et peut-être même abandonner la laïcité… Une idée de plus en plus en vogue parmi les élites dirigeantes.

Pour résumer, il y a de la récuperation politique en Inde aussi. Il y a quelques semaines les traditionnalistes hindous critiquaient PK – un film à succès qui parle d’aliens et met en scène une histoire d’amour entre musulman et hindou, sans mettre en garde contre les dangers du love jihad et de la conversion des femmes hindoues par des méchants musulmans. Pour des groupes politiques qui veulent monopoliser l’attention et polariser le débat (“eux contre nous”), ce film ou l’oeuvre Charlie Hebdo c’est un très bon tremplin pour diffuser leur idéologie.

En plus de tout ça, et d’après ce que j’ai compris, l’humour satirique ne fait pas tout à fait partie des murs en Inde. Froisser la sensibilité religieuse de quelqu’un reste non seulement un tabou, mais une offense -c’est même dans la Constitution.

Un caricaturiste indien qui a rencontré Wolinski racontait ses petites anecdotes sur Scroll.in la semaine dernière. Il n’a pas tout à fait aimé le style du personnage, et surtout, il se pose, comme plein de gens ici, la question « mais pourquoi la provocation à tout prix ? ». En Inde, dans le monde, en France: l’esprit Charlie Hebdo n’est pas d’une évidence limpide.

Pendant ce temps-là… au Pakistan, les Musulmans modérés* lancent la campagne #ReclaimYourMosque – pour condamner la mentalité “Takfir” – déclarer que quelqu’un est un mécréant (“kafir”), l’accuser de blasphème par là, et trouver une bonne raison de le tuer donc. Ils ne sont peut-être pas Charlie, mais ils ne sont pas non plus ses assassins, ni ceux qui ont tué plus de 100 élèves dans l’école pour enfants de militaires de Peshawar le mois dernier, ni le kamikaze qui s’est fait explosé à Sanaa et a tué 37 personnes la semaine dernière…

(nb: et enfin, en Inde, il y a bien entendu l’écho “Salman Rushdie” – un fatwaisé national)

 

*il y en a même au Pakistan – ça fait réfléchir, n’est-ce pas Ivan Rioufol?

Advertisements
Standard

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s